Parier sur les courses hippiques en Suisse

Les courses hippiques en Suisse

Mais d’où peut bien nous venir cette drôle de tradition qui consiste à parier sur des chevaux et les cavaliers qui les dirigent ? C’est ce mystère que nous allons tenter de percer dans le suivant article, qui vous propose un petit bond en arrière à la rencontre de nos ancêtres. Vous allez voir que de nombreux précurseurs et événements sont à l’origine de la création de ce « sport » qu’est l’équitation.

Une histoire qui remonte au temps des Celtes

Depuis l’Antiquité, si les chevaux sont l’apanage des Européens, ce sont chez les Anglais que la tradition s’est d’abord ancrée. Parmi les courses les plus célèbres, Ascot ou le Derby d’Epsom… La France a suivi de près, avec une histoire hippique très importante. Au XIXe siècle, les courses hippiques sont synonymes de prestige et d’aristocratie. Grandes dames et beaux messieurs se réunissent pour le Prix de Diane à Chantilly, ou sur le gazon vert de Longchamp.

La Suisse n’est cependant pas en reste. Trouvant ses racines à l’époque celte, l’élevage des chevaux suisses est mondialement réputé. Les deux races de prédilection restent à ce jour la Franches-Montagnes de Freiberger et le demi-sang suisse d’Einsiedler. Au XVIIIe siècle déjà, les haras français sont demandeurs des chevaux helvétiques, reconnus pour la qualité de leurs croisements.

De nos jours, la Suisse compte pas moins de 25 fédérations d’élevage équin, dont la constante est d’amener les chevaux à leur plus haut niveau. Il ne s’agit pas moins d’élever des gagnants ! Et il n’est donc pas étonnant que les courses hippiques aient trouvé une place de choix dans le cœur des Helvétiques.

Le cheval élevé au rang de célébrité

En Suisse comme en France, les courses hippiques forment une véritable institution. Encadrées, elles sont mises en place par des institutions telles que l’Institut Equestre National d’Avenches (IENA), qui organise chaque année plus de trente manifestations. Parmi les rassemblements hippiques les plus célèbres de Suisse, le Marché-Concours de Saignelégier, au mois d’août, existe depuis plus de 100 ans et accueille chaque année pas moins de 50 000 spectateurs pour des courses, des spectacles et concours mettant en scène des équidés.

Lors des trois dimanches de février, c’est sur la glace de St-Moritz que se déroule l’une des courses les plus célèbres et atypiques du monde. En effet, la White Turf de St-Moritz accueille célébrités et curieux qui vibrent au rythme des chevaux menés par des jockeys internationaux.

De nos jours, 11 hippodromes se répartissent sur le territoire helvétique, pour une cinquantaine de réunions annuelles (soit près de 400 courses par an), parmi lesquels les hippodromes d’Avenches, Saignelégier, Bâle, Aarau, Lucerne, Zurich, Frauenfeld, Fehraltorf, Maienfeld, Arosa et St-Moritz.

Courses hippiques et paris épiques

Equivalent du Pari Mutuel Urbain français, le PMUR (« r » pour Romand) règlemente les paris autour des courses helvétiques équestres. Selon leurs propres statistiques, près de 180 000 turfistes jouent et parient sur le marché équin. Depuis une dizaine d’années, ce sont près de 600 millions de francs suisses qui ont été gagnés !

Commencée en 1872 avec la première course de chevaux d’Yverdon-les-Bains, la tradition se perpétue et les courses hippiques suisses ouvrent maintenant leurs paris sur Internet. Les parieurs en ligne peuvent désormais miser sur leur favoris et ce, en toute sécurité. Pour ce faire le PMUR veille…

  • William-Hill-Sports
  • BetClic
  • bwin
  • Unibet